Volturi King

Les Volturi mènent en roi. Ils ont décider d'appliquer les règles. Ils ont envoyer tout les vampires rebels sur une ile pour les faire participer à un petit.. jeux! Saurez-vous survivre?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nyhal J. Sewel

Aller en bas 
AuteurMessage
Nyhal J. Sewel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/04/2009
Localisation : --

MessageSujet: Nyhal J. Sewel   Dim 19 Avr - 0:07







Prénom: Nyhalénial
Nom: Jordan Sewel
Age:

¤En Apparence: 18 ans
¤En réalité: 3046 ans

Clan: Volturi
Occupation: Espionne
Classe sociale: Riche
Créateur: Catherine Mary Janis

Histoire:

Il y a aujourd’hui très longtemps de cela, il y a des millénaires, Nyhal vivait une petite vie paisible et heureuse. Certes, il n’y avait pas encore de technologie, pas d’ordinateurs, pas de téléphone, pas de télévision, rien. Les maisons étaient pour la plus part petites et très peu solide et, pourtant, énormément d’humains arrivaient facilement à survivre. Et Nyhal, avec sa famille, faisait partit de ceux là. Une petite fille parmi tant d’autres, qui vivait sa vie comme toutes les autres.

Nyhal avait toujours eue beaucoup d’amies. Mais quand même, elle passait rarement du temps avec toute sa bande d’amie. Elle aimait mieux rester avec sa meilleure amie. L’été, elle allait souvent faire un tour dans les champs qui s’étendaient à perte de vue, dans les immenses forêts vertes et sur les plus belles plages qu’elle avait trouvé. Même si elle avait beaucoup d’amies, elle était très solitaire, en même temps. Elle aimait parfois s’amuser avec elles, et d’autres fois resté seule à contempler la nature encore toute neuve. Elle avait une vie dont toutes petites filles auraient pu rêver, une vie parfaite. Son père le lui disait souvent, sa. Il lui répétait aussi souvent qu’un jour, la nature ne serait plus aussi belle. Nyhal voulait bien le croire, mais elle se disait toujours que, quand cela arriverait, elle ne serait plus là, elle serait morte. Elle avait sa vie à vivre comme tout le monde.

À cette âge la, puisqu’elle était encore toute jeune, elle avait environ 6 ans. Elle adorait la nature. Elle aimait aussi beaucoup se baigner. Sa, elle le faisait avec sa meilleure amie, Soella Mary Janis. Elle et Nyhal étaient très proches et un lien très fort les unissait. Elles étaient comme les deux doigts de la main, inséparable. Quand l’une n’avait rien a faire, elle appelait l’autre, et puis toutes deux partaient vers une plage, une forêt, un champ ou un lac. Avec un petit quelque chose à grignoter, les deux filles pouvaient passer des heures a contempler la nature, a jouer dans l’eau, dans les arbres et dans les herbes hautes. C’était magnifique, on avait l’impression que la beauté de la nature s’étendait à l’infini, qu’elle ne finissait jamais. Nyhal faisait tout avec Soella, où presque, car comme je vous l’ai mentionné, elle était en même temps plutôt solitaire.

Le soir, lorsque les filles revenaient de leur journée, la nuit tombaient. Celles-ci ne voyaient jamais le temps s’écouler. Les montres n’existaient pas encore, mais le temps existait tout de même. Et les deux petites filles étaient toujours très heureuses de ne pas l’avoir sous la main. Les gens qui avaient le privilège d’avoir l’heure à porté de la main étaient toujours pressés. Ils avaient peur que le temps leur file entre les doigts, mais pourtant, les deux amies n’en avaient pas peur. Elle ne manquait jamais de temps, n’en avait pas trop. Pour vivre une longue vie, il ne faut pas se presser. C’était, on pourrait dire, la devise de Nyhal et Soella. C’était pour cela qu’elles étaient très heureuses de ne pas avoir le temps sous les yeux. Et même si leur marchent pour retourner chez elles pouvaient leur prendre une heure, ça en valait le coup.

Donc, les deux amies entreprenaient, avec un large sourire au visage, leur marche vers leur chez soi. En général, elles s’amusaient en chemin, se taquinaient et riaient, ce qui les ralentissait grandement, et lorsqu’elles arrivaient devant chez Soella, le ciel était noir, et après avoir mangé un petit quelque chose, ce serait l’heure de se coucher. Mais Soella n’arrivait jamais à quitter Nyhal à ce moment-ci de la journée. Nyhal était gentille, compréhensive, loyale et protectrice. Et surtout, elle adorait son amie. Mais le simple fait que celle-ci ne soit pas capable, n’est pas envi de retourner chez elle, la rendait triste, car Soella habitait plus proche de leur chemin de retour, donc elle se devait de laisser Nyhal seule. Celle-ci ne s’en faisait pas pour son amie, au contraire. Mais Nyhal oui. Elle connaissait l’histoire de sa meilleure amie. Même si, elle, avait une vie quasiment parfaite, elle savait que ce n’était pas de même pour tout le monde. Pas pour Soella, en tout cas. Soella se faisait battre pas ses parents, et sa seule joie était de partir loin de chez elle, le jour, avec sa meilleure amie. Et celle-ci était toujours énormément peinée de devoir laisser son amie entre les mains de ses parents. Lorsqu’elle le pouvait, elle esseyait le plus souvent possible de l’inviter à coucher chez elle. Cela lui faisait très plaisir, et lorsqu’elle ne pouvait pas, elle se sentait terriblement responsable de ce qui arrivait à Soella. Mais elle ne pouvait l’inviter tout les soirs, d’autant plus que, chez elle, à cette époque, il n’y avait ni lit ni chambre pour les invités, et elles étaient obligées de dormir sur le même matelas.

Lorsque Nyhal n’arrivait pas à convaincre son père de laisser sa meilleure amie coucher chez elle, la petite fille ne soupait même pas un peu, elle allait se coucher directement, en espérant que son amie s’en sortait bien, et qu’elle allait la revoir demain.

Nyhalénia est née il y a 3046 années, 1037 ans avec l’an 1. C’est impossible, me direz-vous. C’est impossible pour une humaine. Mais pas pour une vampiresse, car une vampiresse est éternelle, et Nyhal n’aurait jamais put se douter qu’elle en deviendrait elle-même un jour. Elle n’aurait même jamais pu se douter qu’il existait des monstres pareils. Ceux-ci vivaient cachés, pour ne pas que l’on puisse découvrir leur véritable identité. Ils se fondaient parmi les humains déjà si nombreux. Et plus elle grandissait, plus Nyhal s’en approchait, sans s’en rendre compte.

C’est alors qu’un jour, alors qu’elles revenaient d’une magnifique plage qu’elles venaient de découvrir, Nyhal avait remarqué que Soella ne se sentait pas très bien. En arrivant devant sa maison, c’était comme si elle avait supplié Nyhal de la laissé venir chez elle. Elle lui lançait un de ses regards. Mais malheureusement, elle n’avait pas pu, son père ne voulait pas, pas ce soir là. Il était de mauvaise humeur car sa fille était revenue à 9h30, ce qui était beaucoup trop tard pour une petite fille de maintenant 8 ans.

Nyhal attendit donc. Toute la nuit. Elle ne pu fermer l’œil, elle n’arrettait pas de se demander pourquoi, ce soir la, Soella ne voulait pas dormir chez elle. Elle avait même voulu tenté de dormir dehors, à l’abri, mais sa mère l’avait aperçut. A tout instant, Nyhal se retenait pour ne pas sortir en courant de sa petite maison, pour ne pas aller voir si sa meilleure amie était en bon état, si elle se sentait bien, pour lui dire de venir chez elle et de lui raconter pourquoi, ce soir, il ne fallait pas qu’elle entre chez elle. Pourtant, Nyhal y était habitué, et Soella aussi. Ce n’était donc surement pas parce qu’elle se faisait battre. Mais elle ignorait de les parents de Soella avaient promis une punition à leur enfant pour les déranger ainsi, pour revenir si tôt le soir. Comme si c’était de sa faute. Mais c’était eux qui avaient cherchés a avoir un enfant. Un garçon, certes, mais c’était comme cela, personne ne pouvait rien y faire.

La nuit, Nyhal avait fait énormément de cauchemars, tous plus affreux les uns que les autres. Elle pensait a son amie. C’est alors qu’elle se réveilla en sursaut, par terre à côté de son matelas. Quelque chose n’allait pas, elle en était certaine. Le lien qui unissait les deux amies était très fort, tellement fort qu’elles pouvaient sentir le malheur de l’autre. Mais ce matin sa n’allait pas. La petite fille sortit de sa petite chambre et courut vers la porte d’entré, manqua trébucher. Alors qu’elle allait tourner la poignée, son père l’arretta d’un coup sec, d’un geste de main. La fillette leva les yeux vers son père. Ses yeux implorants et remplis de panique ne surent pas charmer son père. Si seulement sa mère n’était pas morte…

-Qu’est-ce que tu fais?


-Je…je vais voir Soella.

-Qui ?

-Soella Mary, mon amie, papa.

-Pas avant d’avoir mangé.

-Mais…

-Pas de mais!

-Mais il faut que j’aille la voir!

Ses yeux suppliaient son père de la laisser partir. Plusieurs émotions les emplissaient. La peur, la panique, la tristesse et bien d’autres encore. Mais son père fit non de la tête. Nyhal tenta de répliquer, mais baissa la tête et le suivit vers la salle à manger. Ça ne servirait strictement à rien. De toute façon, elle connaissait son père, et non voulait dire non. Elle mangea donc en vitesse et pas grand-chose. Elle courut alors vers la porte et tourna la poignée, puis la claqua derrière elle, avant que son père n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit.

Nyhal s’élança à la course vers leur lieu de rendez-vous, le plus vite qu’elle le put. Elle ne pouvait pas aller rendre une petite visite chez son amie, elle ne pouvait pas courir ce risque. Les deux amies s’étaient organisées hier soir, pour se rejoindre ici au lever du soleil. Nyhal attendit bien deux heures, sans un bruit, sans personne, sans Soella. Seule. Mais au bout de 3h00, Nyhal se mit à pleurer. Elle n’allait pas venir. Et ce n’était pas pour rien. Il se passait quelque chose, et sa n’annonçait rien de bon. Nyhal avait tellement peu pleuré dans sa vie que ce sentiment lui faisait tout bizarre. Elle se sentait seule et impuissante. La tête basse, elle rebroussa chemin et s’enferma dans sa chambre une fois arrivée chez elle. Elle s’en voulait de ne pas avoir été voir son amie, hier soir. Elle avait des ennuis, maintenant, et Nyhal ne pouvait rien faire. C’était dommage car aujourd’hui était une magnifique journée, en plus. La plus belle qu’elle n’ait jamais vue. Le ciel était d’un bleu/turquoise clair magnifique et il n’y avait aucun nuage dans le ciel. Le soleil gros et chaud éclairait la ville comme jamais. C’était vraiment une superbe journée. Mais la fillette la passerait seule, sans Soella, enfermé dans sa chambre. Même si elle était solitaire, elle ne pourrait aller à la plage sans son amie, pas aujourd’hui. Sachant qu’elle n’allait pas bien, elle ne pouvait pas, elle n’en était pas capable. A partir de ce jour, Nyhal ne revu plus Soella, et du passer sa vie sans elle, ce qui était très difficile.

¤­°­¤­°­¤­°­¤­°­¤­°­¤­°­¤­°­¤

Nyhal avait maintenant 18 ans. Depuis le jour ou elle avait perdu Soella, elle était redevenue, peu à peu, solitaire. Elle n’avait jamais pensé se trouver une autre amie, et elle avait perdu chacune de ses autres amies peu à peu. Mais Nyhal n’avait jamais perdue le goût de la nature. Retourner là ou elle allait il y a 10 ans avec son ancienne amie lui faisait tout de même énormément mal, mais en même temps, c’était encore magnifique, là bas, et elle ne pouvait s’empêcher d’y aller. Elle avait donc décidé d’y retourner une fois l’an. Le jour de la date d’anniversaire de Soella, dont elle se rappelait encore. Le 9juillet. C’était ce jour que Nyhal avait constaté sa disparition. Et ce jour là, c’était aujourd’hui.

La jeune femme n’était plus une gamine, et pourtant, elle aurait voulue retomber en enfance, avec sa meilleure amie, avant que celle-ci de disparaisse à tout jamais. C’était tellement des beaux jours qu’elle avait passé. Mais il fallait s’y faire.

Elle prépara dans un baluchon du pain, de l’eau, une pomme, une couverture et des cacahuètes. En sortant de la maison, elle entreprit sa marche vers leur endroit préféré, à elle et son amie, la forêt. C’était leur endroit préféré car le lac y était tout près, et c’avait était un super endroit pour jouer à la cachette. D’autant plus que cette forêt était superbe.

Après une bonne heure de course, car Nyhal s’était rendu compte, plus vielle, qu’a la marche, le trajet prenait au moins deux heures et demi, elle y arriva enfin. Elle passa par le lac pour nourrir les canards heureux avec un peu de pains, puis entra dans la forêt. Il y faisait sombre, mais puisque c’était une très belle journée, pareille à celle ou Soella avait disparut, on y voyait plutôt clair. Nyhal passa toute sa journée là. Mais pas comme les autres années au par avant. Elle y resta longtemps, très longtemps, si bien que tomba minuit. Nyhal s’était endormi avec sa couverture sur le dos. Elle se rendit alors compte qu’il était plus tard qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Elle se redressa et se frotta les yeux. Mais alors qu’elle allait se lever, elle entendit des bruits de pas. Elle se figea et scrupta les alentours des yeux.

-Qui est là?

Pas de réponse. Nyhal commençait à avoir peur. Ce n’était vraiment pas le genre d’endroit qui était très rassurant la nuit. Cet endroit, la nuit, ressemblait plus à un décor pour un film d’épouvante. Elle tenta quelque chose.

-Il y a quelqu’un? Soella?



Dernière édition par Nyhal J. Sewel le Dim 19 Avr - 12:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhal J. Sewel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/04/2009
Localisation : --

MessageSujet: Re: Nyhal J. Sewel   Dim 19 Avr - 10:03

Elle entendit un rire qui ne la rassura pas. Il y avait bien quelqu’un, mais ça ne disait rien qui vaille. Nyhal avait envi de prendre ses jambes à son coup, de s’enfuir à toute jambes. Mais elle esseyait et n’y arrivait pas. Elle était bel et bien figée sur place. Comment était-ce possible ? Elle n’arrivait plus à bouger ! Elle se débattit de toutes ses forces à l’intérieur d’elle, mais sans succès. Elle ne pouvait de bouger les yeux et les lèvres. C’est alors qu’elle entendit les bruit de pas se rapprocher derrière elle. Nyhal sentit son cœur battre à toute allure. Elle esseya de bouger, de donner des coups de points, des coups de pieds, mais son corps était vraiment figé. Son cœur battait à tout rompre. Elle avait l’impression qu’il allait lui sortir de la poitrine. Elle paniquait. Mais elle ne pouvait rien faire. Elle attendit de voir si la personne allait lui parler. Pourtant, son rire lui disait quelque chose.

-Ma pauvre enfant, tu es en train de devenir folle. Soella est morte, tu le sais bien, c’est moi-même si l’es tué, il y a 10 ans ! Ne me dit pas que tu as oublié ? Tout de même, tu es forte, c’est plus difficile de te tenir en place qu’avec les autres.


C’était comme si Nyhal se figeait à l’intérieur d’elle. Son sang se glaça et elle équarquilla les yeux. Cette voix, elle la connaissait. Elle l’avait déjà entendue, il y avait maintenant 10 ans. C’était la voix de Catherine Mary Janis, la mère de Soella. Elle ne pouvait pas la voir, mais elle était certaine que c’était elle. Elle ne l’avait vue qu’une seule fois, de loin, mais elle lui avait semblé très belle.

C’est alors que Catherine Mary commença à faire le tour du corps figé de Nyhal, jusqu'à s’arretter devant elle. Celle-ci sourit de satisfaction.

-Tu es devenue drôlement jolie, Nyhal!

Nyhal, quand à elle, n’osait pas prononcer un seul mot. La voix de la mère de Soella résonnait dans sa tête et ce n’était pas rassurant. La jeune femme réalisa alors ce que venait de lui dire la femme. Quoi ? C’était elle qui l’avait tué ? Nyhal réussit à froncer les sourcils Quand à elle, la magnifique femme lui fit un sourire maléfique, tandis ce que Nyhal se débattait toujours.

-Il y a des années, j’ai remarqué que tu avais une odeur exquise. Après avoir tué ma fille, je t’ai longtemps attendu ici, tu sais. Mais je te manquais toujours. J’ai remarqué que tu ne venais plus ici, puis je me suis rendue compte que tu y venais, mais seulement le jour de ta date de fête. J’ai alors attendu que ton sang devienne plus pur et que tu sois à un bel âge pour mourir. Et maintenant, je crois que c’est une merveilleuse occasion ! Le seul problème, c’est que tu m’as l’air très forte, et que ce serait du gâchis de te tuer ainsi. J’ai donc décidé de te donner un énorme privilège. En plus de te mordre moi-même, tu ne mourras pas. Pas ce soir, en tout cas. Tu es contente, non ? J’espère pour toi, en tout cas!

Mais Nyhal avait arretter d’écouter lorsque la femme avait prononcé le mot mordre. La mordre ? Pourquoi la mordre ? Nyhal avait envi de le lui demander, de lui dire qu’elle ne comprenait pas. Mais celle-ci fini pas céder.

-Comment ça, me mordre?

Le sourire sur le visage de Catherine Mary s’élargit tout en fronçant les sourcils. Elle semblait s’amuser, mais sa n’amusait pas du tout la jeune fille. Au contraire.

-Ma pauvre ! C’est vrai, je te t’ai rien dit ! Tu dois te poser des questions. En fait, je t’offre la chance de devenir éternelle, et encore plus belle. Comme moi ! Tu ne peux pas refuser, de toute façon, je te tiens sur place grâce à mon pouvoir. Et puis, qui refuserait une offre pareille ? De toute façon, je suis affamée, donc tient toi tranquille et tout ira bien. Sinon, cela te fera encore plus mal.

Nyhal obéit. Elle arretta complètement de se débattre, amis la peur l’envahissait toujours. Elle n’avait point envi de devenir éternelle, et l’idée de la mordre et que cela fasse mal la faisait frissonner. Elle chercha dans sa tête à la recherche de quelque chose qui pourrait lui donner un indice. Puis elle trouva alors qu’elle parcourait dans sa mémoire son réservoir de légendes que Soella lui avait souvent raconté quand elle était petite. Une sur les vampires. Nyhal ne croyait pas aux légendes, et ce soir là, elle aurait bien voulut rêver. Malheureusement, elle sentait déjà le souffle de la femme dans son coup. Elle voulut dire quelque chose, mais rien ne sortit. C’est alors qu’elle sentit les deux crocs de la mère de son amie s’enfoncer dans sa chair. Cela faisait mal, mais Nyhal ne réalisait pas encore à quel point. Ce ne fut seulement que lorsque les canines se retirèrent de son coup que la douleur se fit de plus en plus intense. La main qui l’agrippait la lâcha et la jeune femme tomba à terre en se torturant de douleur. Elle se demandait ce qui lui arrivait. Elle ne comprenait plus rien. La seule chose qu’elle savait, c’est qu’elle avait mal. Elle se disait qu’elle n’avait pas mérité sa, qu’elle n’avait rien fait. C’était insupportable.

Nyhal fut torturée ainsi environ 2 3 jours, elle ne savait plus. Mais, enfin, la douleur s’appaisa, et c’était tout ce qui comptait. Nyhal se sentait neuve et jolie. Elle était à un endroit qu’elle n’avait jamais vu. Cela ressemblait à un château hanté ou quelque chose du genre. En même temps, c’était fantastique, magnifique. Nyhal était couché par terre. Lorsqu’elle eue enfin retrouvé ses esprits, elle se rendit compte que la femme qui lui avait tant fait mal était là, juste auprès d’elle. Celle-ci lui tendit une main pour l’aider à se relever, mais Nyhal préférait le faire toute seule. Elle se mise debout et, pour voir si tout allait bien, elle passa sa main dans son coup, ou on l’avait mordu. Elle retira aussitôt sa main, éttonnée de voir comment sa peau était froide. Elle regarda ses mains qui étaient maintenant très pâles. Elle se retourna vers Catherine Mary et la regarda avec des yeux un peu paniqués. Elle n’eu pas besoin de poser de questions que la femme lui tendit un miroir. Nyhal se regarda dedans et en resta sans voix. C’était impressionnant comme elle était devenue belle. Déjà qu’elle était jolie, maintenant, elle était magnifique. Elle passe une main sur son visage sans trop se préocuper du fait qu’il soit froid, elle s’habituait déjà. Au bout d’un moment à se contempler, avec beaucoup de difficulté, elle réussit à articuler une question.

-Qu’est-ce que vous m’avez fait?

C’était la seule chose qu’elle voulait savoir. Du moins, pour le moment, lui expliqua. Tout. Nyhal était horrifiée. Elle l’écoutait du mieux qu’elle pouvait. Elle avait envi de s’enfuir à toute jambes, de ce dire que ce n’était pas vrai. Pourtant, ça lui semblait tellement réel…

-Maintenant, va. Tu es chanceuse, c’est la nuit. Gare à toi, car le jour, ta peau deviendra brillante, comme des cristaux. Bonne chance, j’imagine que tu as faim.

Et la comptesse lui montra la porte. Avec méfiance, Nyhal s’en approcha lentement. Il était vrai qu’elle avait faim, mais pas pour une pomme. Elle posa sa main sur la poignée et ouvrit lentement l’énorme porte. Elle en sortit comme si elle était toujours paralysée. Elle sentit que Catherine Mary la regardait. Mais il n’y avait personne dehors. Elle cherchait une personne. Pourquoi ? Elle n’en savait rien. Elle voulait seulement manger. Mais pourquoi cherchait-elle un humain si elle voulait manger ? Elle l’ignorait. C’est alors qu’elle vit un passant. Ses yeux rouges flashaient presque. Elle vit que celui-ci voulait entrer dans une maison, qui était surement la sienne. Sans plus attendre, Nyhal s’élança sur lui, affamée, avec une force et une vitesse impressionnante. Elle l’immobilisa le mieux qu’elle le put, puisque, elle, elle ne pouvait le faire par la pensé, comme la mère de Soella. Elle approcha son visage de lui et planta ses crocs dans le coup de l’homme jusqu'à le vider complètement de son sang. Rassasié, elle le laissa tomber, mort. Elle se retourna et vit la femme lui sourire. Nyhal, quand à elle, avait l’impression d’avoir perdue tout ses moyens.

Description Physique:
Nyhal a de jolis petits yeux d'un noir profond et brillants, tellement que l'on dirait que des étoiles y brillent. Ceux si passent au rouge souvent, car lorsqu'elle a faim, il prennent cette couleur. Ses cheveux blonds et bouclés lui arrivent dans le millieu du dos. Légés et brillants, ils lui donne l'air d'être une princesse. Sa peau très pâle s'harmonise parfaitement avec ses yeux. Elle est de grandeur moyenne, ni trop grande ni trop petite, et est dôtée d'une beauté impressionnante. Elle a de petits sourcils bienx tracés et un nez fin, tout comme ses mains. Elle a un charme surnatuel et il est très difficile de lui résiter. Nyhal est mince et ses lèvres naturellement d'un rose très pâle et brillant, ce qui est asser rare chez un vampire qui, normalement, ont les lèvres foncées. Elle adore les bottes à talons. Pas les talons hauts, mais botte à talons haut. C'est son style à elle. Elle ne s'habille jamais beaucoup, mais elle n'exagère pas. Sinon de des minis shorts et un top plutôt court forment son style vestimentaire.

Description Mentale:

Nyhal est très imprévisible. Avant, lorsqu'elle n'était pas encore une vampire, elle était très symphatique. Maintenant, ça a changer. Puisqu'elle est obligé - ou en tout cas qu'elle préfère cela - de tuer des humains, il lui a fallut laisser son côté sensible de côté. Lorsque l'on tue des humains, il ne faut pas le regretter à chaque fois. Mais elle peut encore être gentille. Cela dépend. Parfois, elle peut-être très brusque et irrespectueuse envers les gens qu'elle ne connait pas, et d'autres fois, elle peut-être aussi un ange. Tout dépend de la journée. Autrement, elle est toujours ausssi loyale qu'auparavant. Elle n'a plus de pitier et n'est pas gênée de dire ce qu'elle pense, que ce soit positif ou négatif. Elle est heureuse d'être une allié des Volturi, car de cette manière, elle est protégée. Les premiers jours suivant sa transphormation, elle se détestait plus que tout d'être devenue aussi cruelle, mais maintenant, elle en est très fière. Elle est têtue et il est asser difficile de la faire changer d'idée. Elle ne pardonne rien, ou très rarement. On peux lui faire confiance et elle est une très bonne menteuse, même si elle ne ment qu'a ceux qu'elle n'aime pas ou qu'elle ne connait pas.

Aime / Déteste:

Nyhal déteste les vampires végétariens. C'est plus fort qu'elle. Ceux-ci ont toujours voulus empêcher les vampires traqueurs de chasser les humains, pour ne pas que ceux-ci se fasses tuer. Pourtant, pour Nyhal, juste à penser boire du sang animal, cela la dégoûte. Le sang humain est exquis, elle ne peu le cacher. Elle déteste également la compagnie. Elle peut être entourée de 3 ou 4 personnes, mais pas plus, sinon elle se sens inférieure, et elle n'aime pas se sentiment. De toute façon, elle se retrouve rarement en groupe. Mais elle aime avoir des amis. Pas trop, et il faut qu'ils soient de son côté. Elle adore séduire les garçons pour pouvoir se nourrir, et elle ne se gêne pas. Elle aime se mettre en valeur et jouer avec son pouvoir. Normal, car elle adore par dessus tout son pouvoir. Pour elle, c'est comme un jouet, mais cela peu lui avéré aussi très utile.

Relation:

Autrement le fait qu'elle est une allié de Volturi, elle est plutôt solitaire et elle n'a plus de famille.

Avatar: Laura Vandervoort
Code: Validé par Bella

Autre: Elle contrôle le feu et l'eau

VOUS :

Age: Devinez^^
Sexe: F
Localisation: Québec
Comment avez-vous connu le forum? Par Bella
Présence en moyenne (sur 7 jours): 7/7
Autre: Sorry sa ne rentrait pas dans un post^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2009

MessageSujet: Re: Nyhal J. Sewel   Dim 19 Avr - 19:55

Ouah superbe présentation !
Bienvenue Nyhal ^^
Si l'on doit deviner l'âge, pourrions nous avoir un indice? xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nyhal J. Sewel

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/04/2009
Localisation : --

MessageSujet: Re: Nyhal J. Sewel   Dim 19 Avr - 20:55

Merci^^

Eummm ok j'ai moins de 60 ans =P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bella Swan
Admin
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 06/04/2009

MessageSujet: Re: Nyhal J. Sewel   Lun 20 Avr - 20:47

Trèssssss belle présentation! ^^

Accepter évidamment.

Bon Rp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volturi-king.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nyhal J. Sewel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nyhal J. Sewel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Volturi King :: Avant RPG :: Vampires :: Présentations Validées-
Sauter vers: